Pas d’écran chez les enfants avant 3 ans !

Pas d'écran avant 3 ans !

Pour de nombreux experts, la télévision, les écrans en général, ne sont pas adaptés aux enfants de moins de 3 ans et doivent être utilisés avec parcimonie, en fonction de l’âge et du développement de l’enfant.

Avant 3 ans le bébé passe par plusieurs étapes dans son développement. Il est attiré par tout ce qui bouge, il découvre qu’il peut agir sur son environnement notamment par l’interaction sociale, il commence à toucher et montrer les choses, vers 9 mois, il commence à imiter ce qu’il voit, vers un an et demi ou deux ans, il met des mots sur les choses et comprend déjà quelques expressions.

Pour développer ses capacités, l’enfant a besoin de s’appuyer sur la relation avec l’adulte. Un adulte attentif, disponible pour lui, afin de répondre à ses sollicitations.

L’exposition à des images le met dans une situation passive, à un moment clé de son développement, où au contraire, il doit être actif ! Lorsque vous donnez du réconfort, de l’affection à votre enfant, lorsque vous jouez avec lui, des milliards de connexions se créent dans son cerveau.

A contrario, lorsqu’un enfant a peu d’interaction avec l’adulte, lorsqu’il est passif, comme il peut l’être devant un écran, le développement du cerveau se fait moins bien, car plusieurs circuits de neurones ne sont pas stimulés.

Il est important de rappeler la recommandation de ne pas exposer les enfants aux écrans avant l’âge de 3 ans.

Entre 0 et 3 ans, se constituent le socle des apprentissages et notamment du langage. Il s’agit d’une période de vulnérabilité particulière de l’enfant car les effets délétères sur le langage, le sommeil, les apprentissages, la corpulence, ne pourront s’observer que bien plus tard.

C’est important lors des repas, car les écrans modifient l’attention portée à ce que l’on mange, aux autres, augmente les apports, fait disparaître la richesse des interactions autour de la nourriture.

Lorsque vous donnez à manger à votre bébé ou lorsqu’il joue dans la pièce, éteignez la télévision, laissez de côté quelques instants votre téléphone, soyez pleinement dans la relation. L’interaction avec le monde qui l’entoure est essentielle.

Beaucoup de parents ne comprennent pas l’impact que peuvent avoir les images sur leur enfant et disent « mais il ne regarde pas ». Les résultats d’une étude Américaine, ont pu démontrer que lorsque la télévision est en bruit de fond dans une pièce, même si l’enfant ne la regarde pas, son attention est perturbée. Il a même été observé que le temps qu’il passe à jouer diminue, ce qui entrave son bon développement.

Ne comptons pas sur les créateurs de programmes télévisuels pour enfants, qui ne souhaitent qu’une seule chose, capturer leur attention et en faire de futurs consommateurs soumis.

« Non au formatage des cerveaux ».

Serge Tisseron, psychiatre, psychanalyste, docteur en psychologie, directeur de recherches à l’Université de Paris X-Nanterre, en a fait le sous-titre d’un de ses livres « Les Danger de la télé pour les bébés ». Il a également conçu une règle de « diététique » des écrans en famille. La règle 3-6-9-12+

Lire également : Les balises 3–6–9–12

La question des outils numériques est un problème sociétal.

A nous d’apprendre à nos enfants à se passer d’écrans, mais aussi d’apprendre à s’en servir, d’apprendre à identifier leurs dangers, afin de profiter de tout ce qu’ils peuvent nous apporter d’enrichissant et de positif, sans pour autant les diaboliser !

Si nous voulons vivre dans une société bienveillante, sans que cela reste un vain mot, alors encourageons nos enfants à maintenir des relations, des interactions, leur créativité, le plaisir de partager avec d’autres, avec ou sans écran.

Les enfants étant dans le mimétisme, appliquons-nous, à nous-même, ces mêmes règles. Nous pourrions être agréablement surpris de l’impact positif que cela pourrait avoir sur notre propre vie.
Moins d’anxiété, moins de stress, moins d’impatience…

Les bénéfices de la sophrologie

La limitation de l’utilisation des écrans peut-être une source de difficultés pour votre enfant, de conflits.
La sophrologie va lui permettre de s’apaiser, de mieux gérer ses émotions et de retrouver un équilibre de vie.

contactez moi